• Le Figaro – 12 juillet 2012

    Borloo lancera avant août son parti de centre droit

    L’élection de Jean-François Copé à la tête de l’UMP ouvrirait «un boulevard fantastique» au centre, selon Maurice Leroy.

    Et un nouveau parti au centre droit, un! Il verra le jour «autour de Jean-Louis Borloo avant la fin de ce mois», a précisé Maurice Leroy jeudi au «Talk 2012 Orange-Le Figaro». Mais ce n’est pas un parti supplémentaire puisque, selon l’ex-ministre de la Ville, il s’agit de «reconstruire la famille centriste». «On va retrouver finalement l’Union pour la démocratie française», a-t-il assuré. Mais on n’y trouvera pas François Bayrou, l’ex-patron de l’UDF, même si Jean-Louis Borloo continue ses travaux d’approche en direction du MoDem.

    Sous bénéfice d’inventaire, le Rassemblement des démocrates et indépendants (RDI) devrait regrouper ce qu’il reste du Nouveau Centre d’Hervé Morin, le Parti radical, la nouvelle Force européenne et démocrate de Jean-Christophe Lagarde, l’Alliance centriste de Jean Arthuis, la Convention démocrate d’Hervé de Charette. Le RDI ne sera pas une confédération, mais ces structures anciennes pourront survivre, notamment le Parti radical, plus vieux parti de France. Le pouvoir opérationnel sera entre les mains de Jean-Louis Borloo, selon Maurice Leroy, pour qui l’actuel président des radicaux valoisiens est le «leader naturel» du centre droit. Le député du Loir-et-Cher est persuadé que «tous les ténors libéraux et démocrates, Michel Mercier, François Sauvadet, André Santini, Jean-Christophe Fromantin, député-maire de Neuilly», se rangeront derrière Borloo.

    Ils ont déjà rejoint l’ex-ministre de l’Environnement au sein du groupe qu’il a créé à l’Assemblée nationale, l’Union des démocrates et indépendants. «Nous sommes vingt-neuf députés. Je rappelle que nous étions vingt-trois dans la précédente assemblée avec le Nouveau Centre, s’est félicité Maurice Leroy. Nous sommes la troisième force politique à l’Assemblée nationale et la deuxième force politique dans l’opposition. Ça pèse!»

    «Tout le monde se retrouvera»

    Et si Jean-Christophe Lagarde renâcle, «ce n’est pas grave», selon le député du Loir-et-Cher, persuadé qu’in fine «tout le monde se retrouvera». «Jean-Christophe Lagarde comme Hervé Morin», «parce que les militants, les adhérents, les sympathisants, les Français attendent qu’il y ait en France un centre droit modéré, une force d’équilibre qui existe dans le paysage politique français et qui ne soit pas dans l’opposition systématique».

    Outre des journées parlementaires communes, une «initiative militante» va être lancée par Jean-Louis Borloo «en septembre» pour porter le Rassemblement des démocrates et indépendants sur les fonts baptismaux.

    Et quid des centristes de l’UMP? «La personnalité du président que l’UMP élira en novembre aura immanquablement un impact», prédit Maurice Leroy. En bon «observateur» de la vie partisane, cet ancien communiste parie sur la victoire de Jean-François Copé. «François Fillon a été un premier ministre remarquable pour la France pendant cinq ans», salue Leroy, mais le secrétaire général est, selon lui, le candidat que préférera l’«appareil».

    C’est en tout cas le candidat préféré des centristes, qui redoutent Fillon et sa capacité à «rassembler les familles» de l’ancienne majorité. «Si c’est Jean-François Copé qui est élu président de l’UMP, il est clair que cela ouvre un boulevard fantastique pour recomposer le centre», affirme Maurice Leroy. L’ex-ministre de la Ville ne doute pas que «ceux qui sont plutôt de centre droit» à l’UMP auront alors «envie de rejoindre le mouvement que conduira et dirigera Jean-Louis Borloo». «C’est ce qu’ils nous disent, pour le moment, dans les couloirs», a-t-il assuré.

Laisser un commentaire